Excite

L'accouchement lotus : est-ce bien nécessaire ?

Ce que l'on appelle l'accouchement lotus consiste à ne pas couper immédiatement le cordon ombilical reliant le nouveau né à son placenta, mais à le laisser en place jusqu'à ce qu'il se détache de lui-même. Cette pratique, issue du mouvement New Age, semble connaître un regain de popularité auprès des adeptes du retour à la nature. Elle est cependant controversée par les obstétriciens.

Le pour et le contre

Il semble effectivement plus naturel de tenter de reproduire ce dont serait capable une femme accouchant seule dans la nature, sans aucun savoir médical. Aurait-elle le réflexe et la force de couper et nouer le cordon ombilical de son bébé ? Lors d'un accouchement lotus, le placenta est donc recueilli, lavé, emballé dans un linge et emmailloté avec le bébé jusqu'à ce que la dessiccation le sépare de l'enfant. Selon les adeptes, cette pratique présenterait l'avantage de ne pas priver prématurément l'enfant de tous les nutriments prévus pour lui et de renforcer ainsi son immunité.

Cependant, le corps des obstétriciens nie cet effet bénéfique et attire l'attention des candidates à cette pratique, sur les risques d'infections entraînées par la dégradation des tissus du placenta. Des études montreraient un plus fort taux d'ictère néonatal chez les bébés mis au monde de cette façon et c'est par le contact avec les bactéries de son nouvel environnement, que le système immunitaire de l'enfant se développe. Le placenta et le cordon ne seraient donc utiles que pendant la grossesse et d'ailleurs, toutes les femelles mammifères sectionnent le cordon avec leurs dents et avalent le placenta. Faudrait-il que les mères humaines fassent de même pour être encore plus en accord avec la nature ?

L'accouchement occidental traditionnel

Le témoignage de l'archéologie et des textes de l'antiquité montrent la normalité de l'entraide des femmes lors des accouchements et de la séparation immédiate de l'enfant d'avec son placenta. L'accouchement lotus serait donc une conduite isolée. Notre médecine actuelle reconnaît deux pratiques : le clampage tardif du cordon fait après que toute circulation ait cessée dans celui-ci, et le clampage immédiat. Cette seconde pratique permet, seule, le don de cordon ombilical. Cet organe est riche en cellules souches dont la recherche confirme chaque jour un peu plus l'intérêt dans la lutte contre certaines maladies.

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2016