Excite

Contre des défiles trop blancs, la Black Fashion Week s'est déroulée ce week-end

  • Copie d'écran Youtube

La deuxième édition de la Black Fashion Week s'est tenue du 4 au 6 octobre à Paris. Comme une réponse à une polémique qui reproche à la mode d'être trop blanche, la fondatrice de la BFW, Adama Ndiaye a fait entrer de force la diversité dans le mode de la mode. Si la montagne ne vient pas à Mahomet, Mahomet ira à la montagne.

On se souvient de Naomi Campbell, d'Iman Bowie, de Rebecca Ayoko ou encore de Katoucha Niane. Oui mais ça c'était avant, dans les années 80/90 quand les tops noirs n'étaient pas des exceptions.

Aujourd'hui les chiffres parlent d'eux-même : 83% des mannequins présentes au dernier défilé lors de la Fashion week de New-York étaient blanches, 9 % asiatiques, 6% noires et 2% latino américaines.

À l'instar du "Salon des refusés" pour les expressionnistes, Adama Ndiaye, une jeune styliste sénégalaise de 37 ans, à lancé en 2012 un évènement parallèle à la Fashion Week, la Black Fashion Week.

Cette année, la BFW a eu lieu du 4 au 6 octobre au Pavillon Cambon Capucines, dans le premier arrondissement parisien, emmenée par la créatrice Adama Black. Taxée de sectarisme et de racisme anti-blanc, la manifestation a dû encore une fois se démener pour trouver des financements et partenaires. "Au départ certaines marques me demandaient de changer le nom de mon évènement en contrepartie d’un sponsoring et j’ai dit non. J’ai tenu et aujourd’hui certaines d’entre elles sont sponsors ! Il y a une évolution des mentalités, tout n’est pas négatif" explique la styliste.

La volonté de célébrer la mode "en révélant les richesses de la diaspora noire" est bien là. Et si seize créateurs ont répondu cette année à l'appel pour illustrer ce qui se fait de meilleur aujourd'hui dans le stylisme Black, on peut déplorer que l'évènement ne soit relayé que timidement par la presse.

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2016