Excite

Contrefaçon, LVMH et eBay signent un accord

Depuis quelques années, le grand groupe LVMH attaque eBay en justice pour contrefaçon. Les deux parties semblent avoir trouvé un accord.

Hermès, LVMH et bien d'autres sont l'objet de ventes par des personnes malintentionnées. Leurs produits sont contrefaits et en vente sur des sites d'enchères, notamment le plus important eBay, groupe américain de distribution en ligne. Ce dernier a toujours fait la sourde oreille face aux attaques de ces grandes maisons, indiquant qu'il n'était en aucun cas responsable des ventes mises en ligne sur son propre site. Mais les procès coûtent cher pour les deux parties. eBay et LVMH sont parvenus à un accord pour lutter contre la contrefaçon.

Les détails de l'accord n'ont pas été révélés mais il vise à protéger les droits de propriété intellectuelle et combattre la vente de contrefaçons en ligne, selon le communiqué commun. Les deux entreprises ont mis un terme aux procédures judiciaires en cours grâce aux mesures de coopération mises en oeuvre.

Selon les deux groupes, les consommateurs auront ainsi un environnement digital plus sûr, au niveau mondial.

Le groupe LVMH, détenteur d'une soixantaine de marques de luxe, de grands noms de vins et spiritueux, se bat depuis des années contre la contrefaçon dont le premier fournisseur est la Chine avec les quatre cinquièmes des produits saisis en Europe. En 2010, eBay avait été condamné par la cour d'appel de Paris pour des ventes entre 2001 et 2006. Les dommages et intérêts avaient été réduits de 38 à 5,7 millions d'euros. La Cour de Cassation avait annulé en partie la condamnation en 2012 et l'affaire devait être rejugée.

Pour ces grands groupes de luxe, le manque à gagner de la contrefaçon est de 10% de leur chiffre d'affaires. PriceMinister.com ou leboncoin.fr ont déjà signé en 2009 la charte de la lutte contre la contrefaçon. Louis Vuitton a déjà conclu de nombreux accords, notamment avec le site internet chinois, Taobao, en 2013, numéro un du commerce en ligne. Taobao s'est engagé à retirer tout produit suspect de son site. Louis Vuitton avait également signé avec Yahoo au Japon, en 2009 et le site de vente aux enchères Rakuten Auction, en 2010. Le Japon est un pays très demandeur de produits de luxe, comme Vuitton ou Hermès, pour ne citer qu'eux.

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2016